Sport

CAN- Quadruplement "titré" par la CAF, Yaya Touré veut un deuxième titre pour la Côte d'Ivoire.

CAN- Quadruplement

Publié par admin | Mar 13 Jan 2015, 12:23

  Considérez-vous que vous êtes, désormais une légende du football africain ?

Le qualificatif légende est un peu trop fort. J’estime qu’il y a des légendes du football africain qui sont Salif Keita, Laurent Pokou et bien d’autres. Ils ont tous marqué l’histoire du football africain. Nous autres essayons simplement de continuer leur œuvre. Le fait d’avoir le Ballon d’Or africain doit donc me pousser à faire encore plus. Et donner une meilleure image du football africain à travers le monde. Puisqu’il y a de très bons footballeurs sur notre continent.

Pourtant, vous avez remporté quatre fois d’affilée le titre de meilleur footballeur africain. Ce qui est une première dans l’histoire du continent…

C’est juste. C’est effectivement la quatrième fois et cela de manière consécutive qu’un footballeur remporte le trophée. C’est un fait inédit certes. Mais, c’est aussi mes coéquipiers en club et sélection, m’ont aussi permis d’être à ce niveau.

Qu’est-ce qui selon vous a fait la différence avec vos deux concurrents : le nigérian Vincent Enyeama et le gabonais Pierre-Emerick Aubameyang?

C’était un vote. Et les votants m’ont choisi. Il ne faut pas oublier qu’Enyeama et Aubameyang sont d’excellents footballeurs. Ils ont le mérite d’être également à ce niveau.
 

Qu’est-ce qui selon vous a fait la différence avec vos deux concurrents : le nigérian Vincent Enyeama et le gabonais Pierre-Emerick Aubameyang?

C’était un vote. Et les votants m’ont choisi. Il ne faut pas oublier qu’Enyeama et Aubameyang sont d’excellents footballeurs. Ils ont le mérite d’être également à ce niveau.

Durant toutes ces années, lequel de ces quatre trophées vous a le plus marqué ?

J’ai du mal à faire le choix. Mais, j’avoue que la première fois, comme toute découverte, ça m’a fait énormément plaisir. Ensuite, les choses se sont enchainées.

Rêvez-vous d’un cinquième titre l’année prochaine ?

Cinq ! (Rire). Je ne bouderai pas ce plaisir. Il y a de très bons jeunes joueurs qui émergent. Et la concurrence ne sera pas facile. L’important est le fait de savoir que ces titres de meilleur footballeur africain, peut booster tous les joueurs à donner le meilleur sur le terrain. Et j’encourage tous les jeunes footballeurs africains à rêver du meilleur et travailler pour être à ce niveau. C’est le plus important.

Vous devenez de facto un vrai exemple de réussite pour ces milliers d’enfants en Côte d’Ivoire et sur tout le continent. Quels conseils pouvez-vous leur prodiguer pour atteindre votre niveau ?

C’est vrai ! Il faut que les jeunes travaillent. C’est un Ballon d’Or pour tous les jeunes africains. Pour moi, c’est une récompense qui symbolise l’effort et la persévérance. C’est une réalité qui est propre à tous les secteurs d’activités. Je vois que sur le continent, il y a une fièvre du football pour tous les enfants. C’est bien. Mais, j’encourage tous ces enfants à aller aussi à l’école. Ensuite, à être sérieux et bosseur. Un bon footballeur est aussi un intellectuel. Puisqu’au football, il y a certes le talent. Mais, il y a aussi l’apprentissage. Un jeune footballeur doit, dans sa formation, savoir lire le jeu et être à un bon niveau de compréhension.

Pensez-vous que votre titre de Ballon d’Or africain, va rejaillir positivement sur vos prestations et celle de l’ensemble de la sélection ivoirienne ?

Les différents Ballon d’Or que j’ai pu glaner sont le fruit du travail en sélection. C’est ainsi que lorsque j’ai rejoint le groupe, ici à Abu Dhabi, j’ai tenu à remercier officiellement tous mes coéquipiers. Et j’ai repris les entraînements avec tout le groupe.

Après la cérémonie des Awards de la Caf au Nigeria, vous avez regagné l’équipe le samedi à Abu Dhabi. Comment est-ce que vos coéquipiers en sélection ont-ils accueilli la nouvelle ?

Avec joie ! Ils m’ont d’ailleurs, tous, chaleureusement félicité quand je suis arrivé à Abu Dhabi. C’est une fierté pour nous tous d’être à ce niveau…

Avez-vous conscience que vous assumez désormais le statut de joueur d’expérience pour les jeunes qui intègrent la sélection ?

Oui, c’est le plus important. Il y a des joueurs tels que Gervinho, Kalou, Max Gradel… qui ont tous de la valeur. Ce sont des joueurs qui sont pétri de talent. Il y a aussi des nouveaux qui se sont bien intégrés et je me dois donc d’être un bon exemple. Je dois, justement, mettre mon expérience au service de l’équipe. Je l’ai déjà fait et je dois continuer dans ce sens.

Le coup d’envoi de la Can 2015 est pour le week-end prochain. La sélection nationale est-elle prête pour cette autre épreuve ?

Nous avons débuté la préparation, ici à Abu Dhabi. Nous jouons deux matchs amicaux contre le Nigeria et à la Suède. Donc, la Can a déjà commencé ici. Ce sera une Can très équilibré. Puisqu’il y a de très bonnes équipes. Il nous faut certes de l’expérience. Mais, il faut de la détermination et de l’envie. Cette Can va certainement se gagner sur ces points.

L’équipe ivoirienne n’a plus sa carrure et sa réputation de favori des éditions précédentes. Cela vous permet-il de mieux aborder la compétition ?

C’est vrai que, dans de telles conditions, la pression baisse un tout petit peu. Mais, l’équipe ivoirienne est regardée de très près par tout le monde et les spécialistes. La réputation de favori peut être souvent aléatoire. Nous avons fait les frais dans le passé. Il faut regarder maintenant les choses avec calme et lucidité. Nous partons donc sereinement en Guinée Equatoriale.

L’équipe ivoirienne sera à sa 21ème participation. Et les supporters des Eléphants attendent toujours un deuxième trophée après le sacre de 1992. Que leur promettez-vous ?

C’est vrai qu’il faut un deuxième titre à la Côte d’Ivoire et chercher encore plus de trophées. Nous en sommes conscients et nous travaillons à cela. Il faut donc arriver à le faire et satisfaire les supporters et tous les ivoiriens. Puisqu’effectivement, la Côte d’Ivoire est une équipe qui participe régulièrement à la compétition.

La Côte d’Ivoire fera face à la Guinée, le Mali et le Cameroun. Ces premiers matchs de groupe, sont-ils des obstacles pour vous ?

C’est un groupe équilibré. Il faut savoir aborder tous ces matchs. Ce sont des équipes qui se connaissent déjà. Il y aura de très bons matchs.

Quelles équipes selon vous pourraient se retrouver dans le dernier carré de la Can 2015 ?

Comme je l’ai dit, il faut se garder de faire des pronostics dans cette Can. Elle sera équilibrée. Mais, j’aimerais dans un premier temps voir la Côte d’Ivoire à ce niveau et après chercher le trophée (Rire).

 

 

                                                                                                                                                          
 
 
 
 
                                                                                                                                                               source: FRATERNITE MATIN

 

Partager cet article

VOIR AUSSI

Didier Drogba le retour en selection?

   Lun 20 Oct 2014, 12:30

Coupe du monde 2014

   Ven 20 Juin 2014, 11:06

Foot-Mondial 2014 (1ère journée)

   Mer 18 Juin 2014, 10:39

Yaya Touré, homme du match

   Lun 16 Juin 2014, 08:48

Le Brésil débute par une victoire

   Ven 13 Juin 2014, 10:07

L'emblème national remis aux Eléphants

   Mer 11 Juin 2014, 10:22

Yaya Touré, incertain contre le Japon

   Mar 10 Juin 2014, 15:48

BRESIL 2014

   Ven 6 Juin 2014, 16:57

Mondial 2014 au Brésil

   Jeu 5 Juin 2014, 11:12

Adieu Me Bado jules

   Lun 5 Mai 2014, 14:12

Gervinho

   Jeu 31 Oct 2013, 09:53

Golden Foot 2013

   Ven 18 Oct 2013, 09:00

Yaya Touré

   Mer 2 Oct 2013, 11:18

Didier Drogba

   Lun 23 Sep 2013, 18:20

Muriel Ahouré

   Sam 21 Sep 2013, 09:39


  |  

Copyright 2013 cotedyvoir.com ©Limited. Tous droits réservés Annoncer sur cotedyvoir.com